La maladie a-t-elle un sens ?

Dans ma vision, aucun événement n’arrive pas hasard ; toute chose arrive comme un reflet de sa propre énergie, sachant que nous sommes constitués de multiples dimensions qui ne sont pas toujours toutes conscientes et unifiées les unes aux autres. On pourrait dire que notre monde extérieur fait ainsi écho à notre monde intérieur et les nombreuses énergies qui le composent.

Je pense que notre corps est impacté par les émotions qui parfois le submergent, les évènements difficiles ou douloureux qui surviennent au cours de la vie.

Les blessures émotionnelles et blocages, les désirs et attentes, les mémoires héritées, les relations toxiques, les frustrations et déceptions, tout cela agit, n’est pas sans conséquence sur le corps physique…C’est ainsi qu’en séance de soin, en nettoyant certaines énergies, des souvenirs et émotions vont remonter pour mieux être libérés ; le but du travail en magnétisme est d’œuvrer dans le but de dénouer les blocages et réharmoniser le système énergétique de la personne afin qu’elle retrouve une cohérence dans sa vie. Cette harmonie retrouvée favorisera le processus de guérison.

J’ai pu constaté que la maladie arrivait aussi parfois comme un  “message” pour réaligner la personne qui, soit ne s’est pas respectée, soit aurait avantage à prendre conscience d’un fonctionnement qui la sclérose et il peut y avoir tellement d’autres raison !

Histoire de peau….

La racine hébraïque du mot peau est « Aor »  qui veut dire lumière. En hébreu, la peau est une limitation, un filtre qui arrête la lumière et elle symbolise l’individualité (ce qui nous sépare d’autrui). Symboliquement, la peau nous aide à entretenir un contact sensuel avec la lumière de la divinité infinie. Une irritation de la peau pourra alors exprimer une rupture avec cette relation intime. Et par extension, cela pourra exprimer une rupture, une séparation tout court, quel que soit l’objet de la séparation. Les gens qui ont des maladies de peau sont souvent kinesthésiques, sensibles au contact, au toucher de « peau à peau ». Lorsqu’arrive une menace de perte dans leur vie, la peau réagit tout de suite.

Histoire d’intestins…

La racine hébraïque du mot intestin est « Mei ». Ce mot décrit un amas entremêlé et aqueux, dont les méandres sont confus et sans cohérence en apparence. Les intestins symbolisent les sinuosités de la vie qui permettent la transformation dans la matière. On se nourrit (d’aliments mais aussi d’amour, de projets, de concepts,….) et dans ce voyage, cet acheminement tout au long des intestins, la nourriture va être intégrée pour revitaliser nos organes, les déchets étant rejetés. Un tri s’opère. Il faut laisser le tri se faire naturellement, de lui même et ne pas trop chercher à le contrôler, à retenir…Les gens contrôlants ont souvent des problèmes d’intestins ! Egalement il faut accepter le temps nécessaire pour l’acheminement…Les gens trop pressés ont souvent des problèmes d’intestins !

Il y aurait tant à dire sur le corps et son symbolisme. Les grilles de lecture comme en Décodage Biologique peuvent éclairer et permettre d’avancer, même si je ne pense pas qu’il soit opportun d’appliquer ces grilles pour tout et tout le temps car selon moi la maladie est multi factorielle.

Comment faire face à un problème de santé ?

Il y au une différence entre prendre conscience de quelque chose et tout intellectualiser.

Parfois aussi, le vouloir comprendre bloque l’expression de l’émotionnel ce qui est pourtant une clé de guérison.

Face à un problème de santé, je préconise de prendre le temps de se poser car c’est dans le calme que l’on trouve nos solutions. Laisser venir à soi les intuitions. Essayer le plus possible d’être AVEC soi et non CONTRE. Il est certain qu’on libère dans l’amour et pas dans le combat hostile. Davantage dans le lâcher prise que dans la lutte perpétuelle.

Et consulter bien sûr. Aller chercher de l’aide.

Le lâcher prise est difficile pour beaucoup de gens. Faire confiance dans les messages envoyés par le corps, dans les intuitions reçues, dans les repositionnements à effectuer, dans le temps qui sera nécessaire pour libérer ce qui sous tend la maladie, tout simplement dans la vie et ce qu’elle nous propose par cette expérience.