Amour de soi

Commencer déjà par soi même.

C’est important pour ne pas projeter ses manques sur l’autre.

L’autre n’est souvent qu’un révélateur.

Cette mise en lumière me semble importante car l’amour n’est possible qu’entre personnes plus autonomes affectivement. Etre mature c’est avoir appris à se connaître et s’apprécier, avoir mis le doigt sur ses propres dysfonctionnements relationnels. Sinon l’ego est maître en ces lieux et le laisser gouverner sa vie ne pourra générer que toujours plus de souffrance.

Beaucoup de thérapies & de pratiques spirituelles proposent des outils pour être mieux avec soi et les autres.

S’aimer soi n’est n’est pas du nombrilisme ou de l’égoïsme, c’est plutôt une démarche saine et qui favorise les belles relations avec les autres.

S’aimer soi-même s’apprend. Il faut veiller au grain. Lorsque cet amour est devenu plus plein, la joie et l’épanouissement sont au RV. Le simple plaisir d’être soi-même et de suivre son chemin, ses élans, ses envies.

Mésamour : mémoires, symptômes

Pourquoi est-ce que l’on ne s’aime pas ? Et par quoi cela se traduit-il ?

Pour une part… les carences affectives issues des mémoires du passé.

Les besoins de l’enfant ont pu ne pas être comblés : être écouté, reconnu, encouragé, soutenu, cajolé, embrassé, protégé. Ils ont été pour certains d’entre nous satisfaits en partie mais pour d’autres pas du tout. Il est impossible que ces besoins aient été totalement comblés.

A cela s’ajoute l’interprétation des gestes, des paroles des éducateurs qui ont pu laissé des empreintes de dévalorisation, du sentiment d’injustice. Ces interprétations se sont ancrées dans les croyances et sont encore visibles dans les émotions et le mental. Certains ont pu jouer des rôles qui ne convenaient pas, porter des masques afin de ne pas blesser l’entourage.

Aujourd’hui, si les prises de conscience et changements n’ont pas été intégrés, les relations restent alors à l’image de ces mêmes attentes et des schémas qui avaient été mis en place dans la cellule familiale.

Une charge émotionnelle du passé qui n’a pas été nettoyée et libérée continuera d’impacter le présent.

Apprendre à être plus responsables de ses pensées, de ses actes et prendre soin de soi par soi même c’est important.

Ainsi les choix relationnels deviendront plus conscients et plus justes.

L’amour des autres

Bien sûr, il est naturel et légitime d’attendre de l’amour de son partenaire, de ses amis… Mais, il faut quand même commencer par changer sa propre attitude intérieure et apprendre à être l’auteur de cet amour espéré.

L’univers est vibratoire. Les corps énergétiques entrent en résonnance avec le monde extérieur. Comprendre cela permet de voir qu’il n’y a pas vraiment de victime et de bourreau mais plutôt des aimantations qui permettent de prendre conscience du miroir que la vie apporte, pour mieux s’aimer là où il y avait des manques.