Nous avons aujourd’hui davantage accès à cette réalité et de nos jours on pose de vrais diagnostics sur les enfants précoces, hypersensibles, les haut potentiels etc.

Il y a en effet je pense la nécessité d’adapter notre éducation et notre vision de l’enfant, accepter qu’il puisse nous montrer nos incohérences d’adultes conditionnés, nous mettre parfois face à des choix qu’il est urgent de faire dans un monde en crise qui demande des transformations.

Personne n’est à blâmer mais les choses sont à faire évoluer. Ces enfants s’expriment parfois par un vrai malaise personnel, en s’isolant, en se rebellant, en s’abîmant, en se mettant en échec scolaire…et pourtant ils sont dotés de si belles valeurs, sensibilité et intuition, créativité et esprit d’innovation, sens critique et maturité, intelligence du cœur, esprit visionnaire, …

La sensibilité est une qualité que tous les êtres humains possèdent, tout comme l’intuition ou la créativité. Sensibilité souvent refoulée chez l’adulte…créativité mise au placard…intuition négligée au profit d’une surmentalisation.

Si ces sujets sont plus abordés aujourd’hui, n’est ce pas le signe que notre monde gagnerait à réintégrer davantage de ces valeurs ?

Je rencontre dans ma pratique beaucoup d’enfants dits hypersensibles ou extrasensibles, un bon nombre d’adultes aussi qui reconnaissent que tout jeunes, ils étaient ainsi et qui témoignent d’une réelle difficulté à gérer ces aspects d’eux même. Qui se sont alors parfois suradaptés pour convenir au monde de l’entreprise, qui nient et coupent de ce fait leurs émotions ou intuitions jugées non bienvenues à manifester dans un monde où il fait bon produire et être rentable avant tout et porter des masques identitaires.

En fait, loin d’être un handicap, même si cela peut être vécu comme tel car invasif et ingérable quand on n’a pas les outils pour maîtriser, l’hypersensibilité fait partie des cadeaux de la vie. Plus d’idées, de créativité, de ressentis, d’élans de contribution… une palette de couleurs de vie très riche en somme !

Accompagner un enfant hypersensible demande de l’attention et un engagement qui nécessite de respecter son instinct de parent ou d’éducateur et de faire confiance à cet enfant…selon moi, l’enfant a avant tout besoin d’être reconnu dans toutes ses dimensions et apprécié véritablement tel qu’il est. Il est résistant aux faux exemples, aux faux semblants, sait écouter son ressenti émotionnel et peut se couper de sa confiance s’il sent un décalage entre sa vérité et ce que l’on cherche à lui imposer.

C’est pourquoi la première clé d’un mieux être est de reconnaître cette sensibilité et de l’accepter, chez son enfant, chez soi aussi. Car ce qui est accepté et reconnu est transformé. Notre monde d’aujourd’hui tend plutôt à uniformiser, à demander toujours davantage d’excellence, à susciter des pressions de tout ordre, à négliger l’écoute subtile…et si on lâchait ce trop plein de « faire » pour « être » ?

Et si l’on reconsidérait l’importance d’être en lien, de laisser parler son cœur d’enfant qui sait jouer, rêver grand et créer grand ? Ces enfants sont porteurs j’en suis convaincue de modèles innovants pour une société qui saura fonctionner dans l’alliance entre le faire et l’être, l’économie et l’humain, dans le respect du vivant. Alors, écoutons les, proposons leur les moyens de s’exprimer véritablement et de réaliser ce qu’ils sont venus réaliser.