Archives de la category: Science et conscience

Post

Cerveau gauche, cerveau droit

Posted on 24 août 2013 in Général, Science et conscience by Florence Poirier

yeux enfants

Le cerveau humain

Le cerveau humain : 2 hémisphères reliés entre eux par le corps calleux.

Le « Caltech Brain Imaging Center » étudie le cerveau humain et la conscience depuis de nombreuses années. Les tests effectués dans ce centre ont permis de mettre en évidence les fonctions distinctes des deux hémisphères et d’en conclure que chacun perçoit la réalité à sa façon.

Un hémisphère (le plus souvent le gauche) est le siège de la parole et est de type verbal et analytique ; l’autre (dans ce cas le droit) est non verbal et global. Je précise ici que l’hémisphère qui gère les fonctions langagières est le plus souvent le gauche mais ce n’est pas toujours le cas.  En effet, des chercheurs ont montré que pour 98% des droitiers, le langage était situé dans l’hémisphère gauche et que chez les gauchers, ce pourcentage descendait à 66%.

En bref, deux façons de percevoir la réalité : l’une plutôt analytique, rationnelle et logique et l’autre globale, perceptive, mettant en œuvre créativité, intuition et imagination.

Concrètement, prenons l’exemple d’une situation de la vie courante : vous avez une décision à prendre dans votre vie. L’un de vos hémisphères va plutôt vous inviter à prendre une feuille de papier et à tracer deux colonnes : les pour et les contre. Vous allez repenser aux différentes situations passées de votre vie qui présentent des points de ressemblance avec la situation actuelle, comparer et analyser celles-ci afin de vérifier que vous faites le bon choix. Votre autre hémisphère lui va vous donner une information plus directe, un ressenti qui ne s’explique pas et vous allez dire : « Je ne sais pas pourquoi mais je sens que c’est ça que j’ai à faire. C’est mon intuition qui me le dit ».

Jusque là tout va bien et il semblerait que ce soit plutôt une immense richesse que de posséder deux manières de fonctionner et de percevoir la réalité. Chacune doit avoir son utilité n’est-ce pas ? Oui mais voilà, j’ai remarqué que beaucoup de gens n’étaient pas en harmonie avec leurs deux hémisphères. Il réside souvent un conflit entre ces deux façons de fonctionner.

Les enfants plus « cerveau droit »

Chez certains enfants par exemple, il est évident que le cerveau créatif est prépondérant, ce qui parfois pose problème à l’école qui – faut-il le préciser? – favorise largement la logique, l’apprentissage analytique et délaisse grandement l’intuition et la créativité. Certaines mises en échec scolaire, certaines dyslexies peuvent être liées à cette inadéquation entre la manière dont l’enfant fonctionne au naturel et ce que l’on attend de lui : un apprentissage presque exclusivement basé sur un mode analytique. On va alors penser que l’enfant est hyperactif ou lent…en réalité, il n’arrive pas à s’y retrouver, il se sent décalé, nul et pas à sa place. Il n’est pas à l’aise avec le verbal et doit petit à petit comprendre ce qui lui est demandé, apprendre à s’exprimer. Il lui faut se familiariser avec les méthodes de travail qu’on lui propose sans pour autant oublier ses prédispositions naturelles à être créatif et intuitif…Si possible. Malheureusement, entre le stress de répondre à l’attente de son éducateur, de ses parents et le souci de s’intégrer, l’enfant va soit se débrouiller pour basculer dans le fonctionnement qui est demandé pour ses études mais en délaissant son côté imaginatif et rêveur qui – il l’a bien compris – n’est pas très valorisé par son entourage ou bien perdurer dans l’échec, se faire remarquer, se rendre invisible… Vous imaginez les conséquences. Si cet enfant est reconnu pour ce qu’il est et bien accompagné, il a des chances de réussir à retrouver son équilibre et utiliser à bon escient chacun de ses hémisphères. Quel bonheur !

A mon sens, les deux fonctionnements sont utiles et doivent se compléter harmonieusement. L’un est à utiliser dans certains aspects de la vie et l’autre dans d’autres. Cependant, se priver de son côté créatif et intuitif est véritablement pour moi du « gâchis ». Le mode de fonctionnement cerveau droit est bien plus avant gardiste et vous proposera des solutions innovantes et non des solutions déjà mille fois visitées. Le cerveau gauche vous permettra de mettre en action, de sécuriser vos démarches pour répondre à l’information magique du cerveau droit.

Voilà ce que dit Roger W. Sperry dans « Lateral Specialization of Cerebral Functions in the Surgically Separated », 1973 (citation trouvée dans l’excellent livre de Betty Edwards « Dessiner grâce au cerveau droit » :

« Le thème principal qui émerge…est qu’il semble exister deux modes de pensée, l’un verbal et l’autre non verbal, représentés assez distinctement dans les hémisphères gauche et droit, respectivement, et que notre système d’enseignement, comme la science en général, tend à négliger la forme non verbale de l’intellect. Ceci revient à dire que la société exerce une discrimination à l’égard de l’hémisphère droit ».

Il me semble que nos temps ont bien besoin d’un réveil de créativité et d’énergies innovantes.

Unité plutôt que dualité

Notre cerveau droit va recevoir l’intuition de notre chemin de vie, de nos directions à prendre. Notre cerveau gauche va nous aider à planifier les actions à mettre en œuvre pour parvenir à nos désirs. Notre cerveau droit va nous donner accès à nos rêves. Notre cerveau gauche va surveiller que notre niveau de sécurité soit suffisant pour réaliser ces rêves.

Soyons sages et fous, intuitifs et logiques, rêveurs et créateurs….

Florence

Post

Musicothérapie, thérapie vocale

Posted on 24 août 2012 in Général, Science et conscience by Florence Poirier

Deux fleurs sur une partition musicale

J’ai baigné dans un univers musical depuis toute jeune. A 5 ans, j’ai commencé le piano puis plus tard le chant. Se sont ajoutées à mes expériences musicales des recherches personnelles autour de la voix et son potentiel thérapeutique : parmi elles, psychophonie et méthode souffle et voix.
Je continue à être particulièrement sensible à tout ce qui touche au son, à la voix et à l’utilisation de la musique à des fins de développement de soi. La musique reste l’une de mes grandes passions et la pratique d’un art participe de mon point de vue à l’équilibre personnel.

Musicothérapie ?

On va distinguer les techniques réceptives des techniques actives.

Les techniques réceptives : recevoir le son

Le son a de réels impacts sur notre cerveau, nos cellules et notre système énergétique. Quelques exemples….

La musique multidimensionnelle :

Jacotte Cholet est la créatrice de la musique multidimensionnelle.
Elle a mené des recherches sur les effets thérapeutiques du son sur le corps et la psyché. Les fréquences de ses musiques s’étendent des hyper aigus aux hyper graves et sont créées dans un état d’expansion de conscience et d’unité intérieure.
Des mesures scientifiques ont été faites pour évaluer objectivement les effets de sa musique. Des prélèvements sanguins ont été effectués chez des volontaires avant et après l’écoute de la musique multidimensionnelle et l’on a constaté des transformations au niveau de la cellule sanguine : augmentation des globules rouges, hyper oxygénation du sang, augmentation des globules blancs (action antistress). La MMD active la synchronisation des hémisphères cérébraux, augmente le nombre des ondes Theta (ondes liées aux états de super créativité) et des ondes Alpha (relaxation profonde, méditation).
L’utilisation de mantras et prières conduit aux mêmes résultats…

Les expériences de Masaru EMOTO :

Le docteur EMOTO fait geler de l’eau et photographie les cristaux obtenus. Il constate que sous l’effet de certaines musiques, les cristaux formés présentent des formes absolument magnifiques tandis que si l’on soumet l’eau aux sonorités que l’on trouve par exemple dans le Heavy Metal, les cristaux n’ont plus aucune structure.
Rappelons en passant que notre corps est constitué à 70% d’eau au minimum et que les mots, les paroles sont également une musique…qui peut construire et élever ou détruire.
Vous trouverez sur le site de Masaru EMOTO des images….elles parlent mieux que les mots : photos de cristaux d’eau après avoir été exposés à différentes musiques, photo des eaux de nos rivières et fontaines, photos de cristaux après la prière….

Des expériences faites sur les plantes :

Dorothy RETALLACK a soumis des plantes à des expériences impliquant différents types de musique. Leurs réactions ont été classées en fonction de leur état de santé et aussi de leur tendance à s’incliner vers le haut-parleur ou au contraire à s’en détourner.
Résultats ?
Les plantes s’inclinent vers la source sonore sur la musique de sitar hindoue, la musique classique occidentale des XVIIIième et XIXième siècles, le jazz d’Armstrong.
Les plantes sont indifférentes sur la musique country et se détournent de la source sonore sur le hard rock (mais on a le droit d’aimer quand même…).
Personnellement, je m’incline devant la musique baroque et la musique sacrée…

La sonologie :

La sonologie est une approche qui utilise les sons pour relaxer, soulager, équilibrer les énergies et réaccorder l’être. Elle explique comme le son résonne dans le corps et induit des changements dans la structure de la molécule d’eau. Ainsi, le son va pénétrer et modifier notre structure osseuse, nos muscles, tendons et organes.

Certaines cliniques ont déjà intégré la Sonologie comme outil pour apaiser les personnes en fin de vie ou relaxer des patients souffrant d’insuffisance coronarienne.

Pour résumer, je dirais que les sons peuvent autant réguler et optimiser un système que créer la disharmonie ou détruire.
J’ai conscience de ne parler ici que d’une infime partie de ce qu’il y aurait à dire sur le son tant le sujet est puissant et vaste…et je suis certaine qu’il y a encore beaucoup à découvrir ou redécouvrir dans ce domaine…

Les techniques actives : émettre le son

Pratiquer un instrument de musique développe nos potentialités :

La musique active simultanément un grand nombre de régions cérébrales. Par la pratique musicale, le cerveau va fabriquer de nouveaux neurones et développer de nouvelles connexions. Le cerveau droit contrôlant la main gauche et le cerveau gauche contrôlant la main droite vont se synchroniser, ce qui va unifier notre partie logique et rationnelle à notre partie émotionnelle et intuitive… Sur le plan émotionnel, la pratique d’un instrument et de certaines musiques choisies va nous permettre d’exprimer toute la palette de nos états d’âme et sentiments intérieurs, afin de les transformer et de les sublimer. Lorsqu’un musicien ou un mélomane joue ou écoute son air préféré, le cerveau produit davantage de dopamine, molécule du plaisir. Certaines musiques invitent à la paix, à la joie, d’autres à la peur et à la tristesse ; les études de Robert Zatorre corroborent cela. Aimer certains airs et styles plutôt que d’autres n’est jamais anodin car ils sont le reflet de nos émotions du moment, peut être aussi de mémoires. Cependant, il n’y a pas d’émotion négative en soi ; c’est plutôt le fait d’accueillir en conscience et avec bienveillance l’émotion qui se présente à nous qui permettra de la libérer…

Lorsque l’instrument est notre propre corps…chanter

L’acte de chanter met en jeu une foultitude de paramètres. En cela il est vecteur d’une richesse incroyable.
En chantant, on va apprendre à mieux connaître son corps, assouplir des tensions, prendre conscience de certaines postures néfastes, chercher à faire vibrer son corps et tout son être. Progressivement, par la détente de certaines zones du corps, en étant son propre laboratoire de recherche, des stress enfouis vont pouvoir se libérer, des places sonores vont se révéler et avec cela, la joie de chanter et de vibrer sur des airs aimés.
Sur le plan émotionnel, le chant permet d’exprimer toute la palette des émotions humaines, libérant ainsi certaines d’entre elles qui étaient cristallisées en soi et n’avaient plus lieu d’être, reconnectant avec d’autres qui élèvent, apaisent, rendent joyeux et vivants.
Le chant est également un outil privilégié pour prendre conscience des schémas de pensées négatifs entretenus dans notre tête depuis des lustres : « je n’ai aucun don, je ne vais pas y arriver » (en général, si on pense cela pour la musique, on pense de la même façon pour les autres domaines de sa vie), « j’ai passé la quarantaine donc ce n’est pas la peine de m’y mettre maintenant », « on va me trouver ridicule », etc…
Enfin, chanter nous relie à nous-même et à ce qu’il y a de plus beau en soi…on va pouvoir connaître des moments d’élévation vibratoire et avoir la sensation de toucher des dimensions beaucoup plus vastes…comme un goût de paradis…
On chante avec tout son être et notre voix reflète parfaitement qui nous sommes dans l’instant. Chaque voix est unique. Cependant, une voix évolue en fonction des expériences de vie ; elle est en mouvement perpétuel tout comme le sont nos énergies. C’est pour cela qu’il ne faut jamais juger sa voix mais plutôt chercher à la comprendre et la révéler peu à peu…je reste convaincue que chaque voix est belle. Mais tout le monde ne cherchera pas à la développer.
Une séance de chant bien menée, bien guidée, agit un peu comme un soin énergétique.

Post

Questionner nos croyances

Posted on 15 août 2012 in Outils thérapeutiques, Science et conscience by Florence Poirier

Biologie des croyances

Quand un scientifique étudie les effets de nos croyances sur l’évolution de la cellule

Bruce Lipton, enseignant en Biologie Cellulaire à la faculté de Médecine de l’Université du Wisconsin fait partie de ces scientifiques avant-gardistes qui défendent leurs découvertes avec conviction, cœur et enthousiasme et j’admire beaucoup cette démarche courageuse dans un monde qui est parfois réticent à s’ouvrir à de nouveaux concepts et accepter de requestionner la façon dont les choses fonctionnent. Tenter d’ouvrir son esprit, garder un sens critique, oser expérimenter autrement et vérifier par soi-même,  est-me semble-t-il une belle, sage et humble attitude face à l’Univers qui ne révèle ses mystères que peu à peu ….

Il nous explique que lorsque certaines cellules sont malades, l’information par le cerveau va pouvoir changer les choses et corriger dans le sens de la guérison, dans le cas où ce-dit cerveau envoie des pensées positives et que l’environnement de la cellule est positif. Par la positivité, le corps peut donc se réhabiliter. Et s’auto guérir dans certains cas.

Ce biologiste a mené des expériences à partir de cellules souches et constaté que les cellules évoluent en fonction de l’environnement dans lequel elles se trouvent. Toutes les cellules sont génétiquement identiques mais leur destin est déterminé par l’environnement. L’environnement contrôlerait donc nos vies plus que les gènes… Expérience importante : lorsque l’on prend une boite de cellules d’un bel environnement et que l’on transporte celle-ci dans un environnement toxique, les cellules vont tomber malades et mourir. Lorsqu’on les met  dans un bel environnement, elles se rétablissent… !!!

Alors qu’en est-il des humains ? Sachant que nous sommes… allez.. 50 mille milliards de cellules…

Lorsqu’un être humain a peur, il libère des hormones de stress qui dans le sang changent la destinée des cellules. Nous voyons alors comment notre façon de percevoir le monde modifie la façon dont les cellules se comportent. C’est pourquoi il est important que chacun prenne conscience de la toxicité de certaines de ses pensées et qu’il parvienne progressivement à penser de façon plus positive.

Une fois que nous apprenons à nous mettre sur la bonne fréquence, nous pouvons alors modifier l’énergie de notre corps. Lorsque l’on travaille en magnétisme d’ailleurs, on envoie de nouvelles fréquences dans le corps de la personne magnétisée et on agit ainsi en réinformant les cellules de façon plus positive et adéquate.

Nous sommes acteurs de notre changement ce qui est formidable car à partir du moment où l’on comprend cela, on peut s’atteler à transformer ce qui ne nous convient plus et construire petit à petit notre bonheur.

Certaines approches thérapeutiques comme la Programmation Neuro Linguistique voir certaines psychothérapies nous permettent de nous pencher de plus près sur notre système de croyances et déceler celles qui sont à la base de nos réussites ou de nos échecs. Si vous croyez que la vie n’est pas sensée être une partie de plaisir, il y a de fortes chances pour qu’elle vous réponde sur le même ton. Si vous croyez que vous ne pouvez pas changer, que risque-t’il de se passer ?

Maintenant, il faut bien préciser que prendre conscience de nos croyances, systèmes de pensées et fonctionnements à l’égard de la vie, de nous-même et autrui ne suffit pas. Il faut faire basculer nos pensées, il faut agir et mettre en application certains outils pour passer à un autre système, qui nous conviendra davantage.

L’énergie réinforme le corps énergétique de façon plus adéquate et installe comme de nouveaux programmes. Cependant, votre participation active est demandée afin que l’ancien schéma (qui peut se représenter) soit identifié et que le travail soit continué… afin d’obtenir de façon durable des résultats et changements.

Chacun a aussi à faire son propre chemin….

La méditation est également un formidable outil de transformation des systèmes de pensée car le fait de méditer unit nos deux hémisphères et induit inévitablement une harmonisation de nos pensées, l’émanation de pensées supérieures et le contact avec notre être intuitif qui lui est dans des pensées plus saines.

Pour finir cet article, je vous propose un petit exercice.

Post-It avec le message "Think Positive" ("Pensez Positivement")

Chaque jour, le matin et le soir, notez sur un cahier prévu à cet effet de belles pensées sur vous et votre vie. Notez ce que vous allez réaliser de magnifique dans cette vie, notez ce que vous faites bien, notez ce que vous avez déjà beaucoup amélioré par votre travail et votre évolution, notez tout ce qui vous inspire, notez toutes les raisons pour lesquelles vous savez dans votre fort intérieur que tout va bien se passer pour tel ou tel projet, objectif que vous désirez, faites le jusqu’à le ressentir au plus profond de vous que c’est bon, c’est agréable, que vous êtes heureux. Si votre mental vous dit, « il n’y a rien qui vient », « je suis perdu », « je ne vois pas », attendez un instant. Respirez profondément jusqu’à ce qu’une belle phrase émerge. Et continuez sur votre lancée. Ainsi vous entretenez au quotidien et nourrissez vos plus belles pensées et un jour, vous les verrez fleurir… au départ, une ou deux d’entre elles et puis de plus en plus d’entre elles.